Maisha – There Is A Place

Date de sortie : 9 novembre 2018
Label : Brownswood
Missions : Label management, relations presse

Après leur apparition sur l’incontournable compilation We Out Here en début d’année, qui documente la nouvelle scène jazz en Angleterre,  Maisha, le septet spiritual jazz emmené par le batteur Jake Long, sort son premier album There Is A Place chez Brownswood le 9.11 prochain :  un hommage au spiritual jazz des précurseurs tout en y infusant ses propres influences, entre jazz et afrobeat, pour pousser à la transe et à l’extase. 

Il y a quelque chose de réellement universel dans l’attrait que peut représenter la découverte d’un échappatoire – trouver un endroit pour se détendre et y développer ses idées. C’est une sensation que l’on retrouve de manière prononcée dans le premier album de MaishaThere Is A Place. Un album profond qui pousse à une exploration spirituelle, la musique qu’il contient incite à l’introspection tout autant qu’elle évoque l’environnement dans lequel elle s’est construite. Chacun des morceaux procure une sensation intense de rêverie, intemporelle en un sens, mais qui est le fruit d’un mélange de sons et de circonstances bien implantés, eux, dans le présent.

Le groupe de sept musiciens emmené par le batteur Jake Long rajeunit le long héritagespiritual jazz dont il s’inspire. Le premier EP en 2016 est sorti via Jazz Re:freshed (dont les concerts hebdomadaires et le label sont une véritable institution du jazz novateur et moderne en Angleterre) avant que Maisha soit sélectionné pour le projet We Out Here cette année, la compilation produite par Brownswood qui documente la nouvelle scène underground londonienne très orientée sur le jazz et au-delà. Maisha s’est rapidement retrouvé mis en avant par une session Boiler Room, soutenu par le Sun Ra Arkestra ou encore programmé pour un concert au Chuch Of Sound, un lieu de concert qui est devenu en peu de temps l’un des passages important de la scène émergente londonienne.

Le titre de l’album fait référence à un endroit bien particulier, un petit parc isolé où le leader Jake Long s’est souvent retiré, dont l’environnement paisible s’est avéré être propice à des moments d’intense réflexion. Mais il évoque aussi Londres dans son ensemble; ou pour être plus spécifique, cette partie de Londres qui les a nourrie, lui et ses pairs. Les membres du groupe, Amané Suganami, Twm Dylan, Tim Doyle, Yahael Camara-Onono, Shirley Tetteh et Nubya Garcia, sont tous des musiciens qui viennent des mêmes milieux que Jake Long.

There Is A Place a été enregistré en trois jours mi-2018. Les morceaux sont issus de sessions live organisées ces deux dernières années; tous ont été conçus en répétitions, avant d’être perfectionnés et améliorés à chaque nouveau concert. Un raffinement au processus presque organique, que l’on peut entendre directement dans la musique : les morceaux se déploient lentement, chaque partie des compositions ayant de l’espace pour respirer, se construisent pour aboutir à des crescendos tant attendus.

Le spiritual jazz est porté par un héritage profond. Maisha cherche à s’en inspirer pour développer son propre style, tout en assumant ce poids du passé : le groupe a intégré dans sa musique l’influence de grands précurseurs comme Pharoah Sanders, tout en infusant leurs propres trajectoires – naviguant entre le jazz et l’afrobeat – dans l’ensemble du processus de création. Une musique qui repose beaucoup sur des rythmiques qui poussent à la transe, des évolutions musicales souvent répétées, des refrains mélodiques enrichis mélodiquement. Une combinaison qui a contribué à forger l’aspect unique du son de Maisha au fil des années.