Ashley Henry – Beautiful Vinyl Hunter

Sortie le 6 septembre 2019
Label : Sony Music
Mission : Relations presse

« C’est le pianiste ultime et un compositeur futuriste. Sa touche c’est de rendre vraiment puissants et nouveaux les éléments les plus purs du jazz.
Sa musique est simplement belle et audacieuse. »
Christine And The Queens

Ils sont nombreux en 2019 à surfer sur la vitalité retrouvée d’un jazz anglais qui n’en finit plus d’ancrer sa musique dans un équilibre salutaire entre héritage et modernité mais peu le font avec autant de pertinence qu’Ashley Henry. Musicien au talent unique, celui qui est aujourd’hui le clavier de Christine & The Queens sur sa tournée mondiale ininterrompue développe cette approche depuis son premier EP en 2016. Il revient aujourd’hui avec son tout premier album, Beautiful Vinyl Hunter, une synthèse de ses influences directes et de son esprit d’ouverture en lien avec ce qu’a toujours été le jazz : une musique de la mixité et du mélange avec l’époque dans lequel il prend vie.

Figure de proue de la nouvelle scène jazz anglo-saxonne, Ashley Henry est le pianiste dont tout le monde parle : le rappeur Loyle Carner l’a récemment invité pour ses premières parties en Angleterre et Christine & The Queens l’a choisi pour intégrer son band lors de sa récente tournée mondiale.

Suite au succès critique de ses deux premiers EPs, avec notamment une reprise toute personnelle de The World is Yours du rappeur culte Nas, le pianiste anglais de 26 ans revient en force avec son tout premier album Beautiful Vinyl Hunter, disponible le 6 septembre chez Sony Music. Proposant une aventure au sein de l’esprit visionnaire de l’un des jeunes talents anglais les plus prometteurs de sa génération, les 15 morceaux de l’album piochent dans un grand nombre d’influences, entre jazz, beats, hip-hop, punk et grime; augmentés de la participation d’un collectif impressionnant d’innovateurs parmi lesquels Makaya McCraven, Keyon Harrold, Ben Marc, Luke Flowers, MC Sparkz, Jaimie Branch, Binker Golding et Joshua Idehen.

Après ses débuts au sein du groupe live de Chris, le profil international d’Ashley Henry progresse à vitesse grand V, décrit par Jez Nelson de Jazz FM comme “…un talent qui sait passer sans effort du jazz aux beats et à la pop, avec sophistication”. Né et élevé à South London, alumni de la Royal Academy of Music, Ashley Henry se voit lui même comme un artiste qui fait remonter ses influences à deux générations au-dessus de lui, jusqu’à son oncle, musicien de session professionnel dans les années 70 et 80, ou son grand-père qui a appris le piano à l’oreille et jamait en 1945 avec des groupes cultes comme The Jolly Boys en Jamaïque. La musique d’Ashley Henry est aujourd’hui poussée par le son de pionniers comme Maya Angelou, le rappeur Common, MC Lyte, Steve McQueen, Abbey Lincoln ou, bien sûr, Herbie Hancock.

“Ma musique est une claire expression de ce que je suis; de ce qu’est Londres dans toute sa glorieuse mixité. L’immigrant en moi a des racines qui remontent jusqu’aux dix-septième siècle. Il est important pour moi que ma musique aujourd’hui reflète ce lignage à travers différents genres musicaux et différentes générations”.

Beautiful Vinyl Hunter s’est construit autour de 15 morceaux qui guide l’auditeur à travers cette variété musicale habilement distillée, depuis le jazz contemporain de Dark Honey (4 The Storm), sur lequel figure le batteur et producteur récemment acclamé dans de nombreux pays Makaya McCraven, jusqu’au hip hop sur Between The Lines, où l’on croise le rappeur Mc Sparkz et le trompettiste vainqueur d’un GRAMMY Keyon Harrold, en passant par le lyricisme soul de Judi Jackson (Star Child) ou le jazz infusé de grime aux côtés de Joshua Idehen (COLORS).

Beautiful Vinyl Hunter est un album ambitieux et puissant, porteur d’une énergie singulière générée par l’habileté personnelle d’Ashley Henry pour rassembler toutes ces influences en une tapisserie de couleurs musicales cohérentes entre elles.